GG
Le 8 novembre 2015 | 0 ↴

Imaginez, dans un futur proche, un candidat sorti de nulle part, dont le programme réside en une unique proposition : l’abolition de la mention du sexe des individus dans l’état civil. C’est l’aventure politique de cet hurluberlu, Ulysse Riveneuve, que conte Thierry Hoquet avec une plume légère et enjouée. On suit la lente émergence de cette idée dans le jeu électoral hexagonal (« Finissons-en avec la République des parties ! ») et les réactions des diverses composantes sociales, ici réinventées avec humour. Au-delà du jeu, ce roman amène à la réflexion sur les impacts considérables de la définition des sexes telle qu’elle est instituée aujourd’hui par l’État, et laisse entrevoir les changements qui pourraient découler de leur abolition légale. Cette mesure radicale viendrait-elle, comme il l’espère, porter un coup décisif à la domination patriarcale ? Nous rendre plus libres d’êtres nous-mêmes sans avoir à nous conformer à un rôle imposé ? La réflexion est lancée, tel un feu d’artifice.

Silence