À la Une – Pour comprendre ce qui se joue dans les rues d’Iran en ce moment

Le rendez-vous iranien de Simone de BeauvoirCet essai paru en 2019, déjà, fait écho au puissant désir de liberté de la jeunesse iranienne et en ce sens il peut aider à comprendre ce qui se joue dans les rues d’Iran depuis deux semaines.

Chahla Chafiq y dépeint une jeunesse éprise d’émancipation qui au péril de sa vie brave le régime islamiste pour briser la chape mortifère des normes et des mœurs qu’il a édictées : de la première manifestation de femmes en mars 1979, contre l’appel de Khomeini à porter le voile, aux « Filles de la rue de la révolution » en 2017 en passant par la campagne « Un million de signatures pour l’abrogation des lois discriminatoires envers les femmes » (2008), « Libertés furtives » (2014) et les « Mercredis blancs » (2016).

Chaque fois, la répression brutale et sanglante frappe pour étouffer l’élan de vie et de liberté. Chaque fois les rebelles resurgissent – à intervalles de plus de plus rapprochés ces dernières années et avec une radicalité accrue.

C’est cette jeunesse qui manifeste à nouveau aujourd’hui dans les rues d’Iran.

Le rendez-vous iranien de Simone de Beauvoir est une invitation à aller à la rencontre de ces jeunes, filles et garçons.

En savoir plus

Dernières parutions sous iXe

iXe en numérique

iXe édite, la presse en parle

Pascal Paradou

« Parler un français non sexiste, c’est une question de volonté », affirme Eliane Viennot, professeuse de Littéraure émérite. Voltaire disait bien « professeuse », pourquoi aujourd’hui l’emploi de ce terme provoque une telle levée de boucliers ? La langue française n’est pas sexiste en soi, mais les grammairiens l’ont rendue sexiste, nous explique Eliane Viennot. Selon elle, on a dans les langues romanes tout le matériel nécessaire pour parler un français inclusif. Soyons rationnels, alors, et démasculinisons les usages ! (Podcast)

Nuno Gomas Garcia sur Radio Aligre

Cartes postales iXe-compatibles

À paraître

Citation du jour

Les hommes se prétendent identifiés par leurs pratiques et ils prétendent que les femmes le sont par leur corps.

— Colette Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir