À la Une – Pour comprendre ce qui se joue dans les rues d’Iran en ce moment

Le rendez-vous iranien de Simone de BeauvoirCet essai paru en 2019, déjà, fait écho au puissant désir de liberté de la jeunesse iranienne et en ce sens il peut aider à comprendre ce qui se joue dans les rues d’Iran depuis deux semaines.

Chahla Chafiq y dépeint une jeunesse éprise d’émancipation qui au péril de sa vie brave le régime islamiste pour briser la chape mortifère des normes et des mœurs qu’il a édictées : de la première manifestation de femmes en mars 1979, contre l’appel de Khomeini à porter le voile, aux « Filles de la rue de la révolution » en 2017 en passant par la campagne « Un million de signatures pour l’abrogation des lois discriminatoires envers les femmes » (2008), « Libertés furtives » (2014) et les « Mercredis blancs » (2016).

Chaque fois, la répression brutale et sanglante frappe pour étouffer l’élan de vie et de liberté. Chaque fois les rebelles resurgissent – à intervalles de plus de plus rapprochés ces dernières années et avec une radicalité accrue.

C’est cette jeunesse qui manifeste à nouveau aujourd’hui dans les rues d’Iran.

Le rendez-vous iranien de Simone de Beauvoir est une invitation à aller à la rencontre de ces jeunes, filles et garçons.

En savoir plus

Dernières parutions sous iXe

iXe en numérique

iXe édite, la presse en parle

Stéphanie Delon

Faite de cyprine et de punaises est un roman composé tout à la fois de pages extrêmement joyeuses (voire assez littéralement jouissives) et de pages beaucoup plus sombres. Les violences physiques et psychologiques, les discriminations occupent une place importante dans le texte. Si elles semblent à première vue être traitées avec légèreté, voire avec désinvolture, c’est bien tout l’inverse. Simplement, notre narratrice ne se prend pas vraiment au sérieux. Dès lors, elle aborde des sujets aussi tragiques que le viol ou le validisme au détour d’un chapitre ou d’une phrase, alors qu’on ne s’y attend pas vraiment. 

Leslie

Dans cet ouvrage, Éliane Viennot propose donc de repenser l’inscription des rapports de domination dans la langue à la lumière de son histoire. Elle offre ainsi un fabuleux outil pour qui voudrait se défaire des logiques masculinistes qui structurent le champ linguistique puisqu’il ne faut pas oublier que façonnant la pensée, la langue a le pouvoir de perpétuer les discriminations.

Cartes postales iXe-compatibles

À paraître

Citation du jour

Les hommes sont tellement accoutumés à considérer que les femmes ne sont que cela, des femmes, qu’ils oublient de voir en elles des êtres humains.

— John Stuart Mill, Pour le droit de vote des femmes