Dernières parutions sous iXe

iXe en numérique

iXe édite, la presse en parle

Zoé Theval

Les vers de la poète sont comme autant d’échafaudages qui édifient un récit pourtant insoutenable. Ce faisant, elle empêche ainsi une nuit silencieuse de tomber sur les crimes syriens. Ainsi ne tombe pas la nuit est cette rencontre sororale, aussi singulière que précieuse, entre la poésie et les blessures des survivantes, entre la prise de parole et la prise de conscience d’une poète sensible aux choses que l’on tait et que l’on répute indicibles.

Pascal Paradou

« Parler un français non sexiste, c’est une question de volonté », affirme Eliane Viennot, professeuse de Littéraure émérite. Voltaire disait bien « professeuse », pourquoi aujourd’hui l’emploi de ce terme provoque une telle levée de boucliers ? La langue française n’est pas sexiste en soi, mais les grammairiens l’ont rendue sexiste, nous explique Eliane Viennot. Selon elle, on a dans les langues romanes tout le matériel nécessaire pour parler un français inclusif. Soyons rationnels, alors, et démasculinisons les usages ! (Podcast)

Cartes postales iXe-compatibles

À paraître

Citation du jour

Si l’oppression des femmes traverse toutes les classes sociales de notre société, pour autant on ne peut oublier que l’intensité et surtout la nature de cette oppression diffèrent.

— Sonia Maria Giacomini, Femmes et esclaves. L’expérience brésilienne

À la Une – Pour comprendre ce qui se joue dans les rues d’Iran en ce moment

Le rendez-vous iranien de Simone de BeauvoirCet essai paru en 2019, déjà, fait écho au puissant désir de liberté de la jeunesse iranienne et en ce sens il peut aider à comprendre ce qui se joue dans les rues d’Iran depuis deux semaines.

Chahla Chafiq y dépeint une jeunesse éprise d’émancipation qui au péril de sa vie brave le régime islamiste pour briser la chape mortifère des normes et des mœurs qu’il a édictées : de la première manifestation de femmes en mars 1979, contre l’appel de Khomeini à porter le voile, aux « Filles de la rue de la révolution » en 2017 en passant par la campagne « Un million de signatures pour l’abrogation des lois discriminatoires envers les femmes » (2008), « Libertés furtives » (2014) et les « Mercredis blancs » (2016).

Chaque fois, la répression brutale et sanglante frappe pour étouffer l’élan de vie et de liberté. Chaque fois les rebelles resurgissent – à intervalles de plus de plus rapprochés ces dernières années et avec une radicalité accrue.

C’est cette jeunesse qui manifeste à nouveau aujourd’hui dans les rues d’Iran.

Le rendez-vous iranien de Simone de Beauvoir est une invitation à aller à la rencontre de ces jeunes, filles et garçons.

En savoir plus