Passions polygraphes

Très académiquement ordonnée en deux genres, masculin/neutre et féminin, la langue française se laisse désormais gagner par un tumulte graphique dont ces Passions polygraphes se font l’écho. Katy Barasc, en philosophe, cherche le signe qui viendrait inscrire dans la langue ce qui ne peut s’y prononcer. Entre passions tristes des vigiles du  binarisme et passions joyeuses des iconoclastes, ce qui bruisse dans ces pages est jouissance de l’écriture.

Catégorie : Étiquette :