Passions polygraphes

« Dé-policer la grammaire, dés-orthographier les figures de la subjectivité dans la languécriture… Mais comment, et jusqu’où ? »

Très académiquement ordonnée en deux genres – d’un côté le masculin/neutre /universel, de l’autre le féminin – la langue française se laisse depuis quelque temps gagner par un tumulte graphique dont ces Passions polygraphes se font l’écho.

Aux parenthèses qui encageaient le petit e muet du féminin, les « scribes indociles » préfèrent désormais les tirets, les points, médians ou non, la majusculE finalE ou l’indicible astérisque. En créant ille, yel, lua, dea, cil… iels élargissent la gamme des pronoms avec l’intention, poétique et politique, d’ouvrir la « languécriture » à des voix, des vies recouvertes, confisquées, mutifiées par l’imperium du masculin.

Risquant « un pas au-delà », Katy Barasc, en philosophe, cherche le signe ou la dé-marque qui viendrait inscrire dans la langue ce qui ne peut s’y prononcer. Et qui, ainsi, exempterait enfin le JE, le NOUS, le TOI de toute assignation sexuée.

Entre passions tristes des vigiles de l’ortho-graphie et passions joyeuses des iconoclastes, ce qui bruisse dans ces pages est autant inquiétude du savoir de soi que jouissance de l’écriture.

12.00

Catégorie : Étiquette :

À propos de l'autrice

Katy Barasc est philosophe, essayiste et poète. Son champ d’investigation privilégie les écritures nomades où se questionnent les cadres du dire et du penser. Elle a publié de nombreux articles sur Virginia Woolf, Djuna Barnes, Nathalie Sarraute, Simone Weil… ainsi qu’un recueil de poésie, Que ferons-nous de ce silence? et Requiem pour Il et Elle, coécrit avec Michèle Causse et paru aux Éditions iXe.

Caractéristiques

Poids 150 g
ISBN

979-10-90062-59-7

Revue de presse

Radio Toulouse

L’enregistrement intégral de la rencontre organisée le 26 mars 2021 à la librairie Ombres Blanches autour de Passions polygraphes. Katy Barasc en parle avec son éditrice, Oristelle Bonis, et revient, passionnément, sur ce qu’elle appelle « languécriture » et « tumulte graphique », sur les marques et démarques du genre, sur ses compagnonnages « en parentèle » avec (entre autres) Michèle… Lire plus « Radio Toulouse »

Vous aimerez peut-être aussi…