« Aimer, c’est écrire, et vice versa » – Violette Leduc passionnément

« J’ouvrirai le sexe d’Isabelle, j’écrirai dedans avec mon encre bleue »

Aimer, c’est écrire”, déclare Violette Leduc dans une lettre à Simone de Beauvoir, celle qui durant toute sa vie d’écrivaine fut son modèle, son “interlocutrice privilégiée”, son impossible amour. ”Et vice versa”, ajoute Catherine Viollet dans une inversion lumineuse qui vaut aussi bien pour elle, tant elle aura mis de passion, d’attention et d’amour dans ses études de l’œuvre de Violette.

Comme son ami Jean Genêt, mais à partir de son expérience de jeune fille lesbienne, de femme bisexuelle, Violette Leduc voulait écrire la vérité de l’amour physique – le désir, le plaisir charnel, les sensations érotiques du corps à corps et du peau contre peau. “Combien je voudrais notre viande nue sur la feuille de cahier”, réaffirme-t-elle encore dans La folie en tête, l’un des derniers livres parus de son vivant.

Entreprise audacieuse, passionnément poursuivie malgré la censure de ses éditeurs et dont il lui est maintes fois arrivé de douter. Catherine Viollet en retrace ici le processus contrarié, déchiffre les “manuscrits millefeuilles” de l’écrivaine, son œuvre palimpseste maintes fois reprise, remaniée, amputée. Avec le projet – fou sans doute, mais qui trouvera peut-être à se réaliser – qu’un jour enfin les romans largement autobiographiques de Violette Leduc paraissent tels que Violette les avait écrits.

17.00

Catégorie : Étiquette :

Caractéristiques

Poids 240 g
Dimensions 14 × 18 cm
À paraître le

15 mars 2022

Pages :

224

Revue de presse

Passionlectrice

En lisant cette étude de l’oeuvre autobiographique de Violette Leduc, écrite avec beaucoup de passion par Catherine Viollet, je découvre une femme -lectrice acharnée, dévoreuse de livres, autodidacte, éclectique…- qui a voulu écrire des romans autobiographiques en se servant de son adolescence, des premiers émois, de son expérience de jeune fille… Lire plus « Passionlectrice »

Didier Epsztajn

Au delà de la censure, découvrir les manuscrits millefeuilles d’une écrivaine Dans sa préface, Anaïs Frantz parle de Catherine Viollet et de ses lectures des œuvres de Violette Leduc, des analyses du processus d’écriture biographique, des recherches génétiques, du lien rattachant l’autrice à l’écrivaine, « Dépositaire des trouvailles de Violette Leduc, Catherine Viollet, a su restituer à… Lire plus « Didier Epsztajn »

Vous aimerez peut-être aussi…