• img-book
    Eleni Varikas : pour une théorie féministe du politique

    Eleni Varikas, Isabelle Clair, Elsa Dorlin,

ISBN : 979-10-90062-40-5
Catégorie :

Eleni Varikas : pour une théorie féministe du politique

De Eleni Varikas, Isabelle Clair, Elsa Dorlin,

Lire l’introduction par Isabelle Clair et Elsa Dorlin

Philosophe et polyglotte, Eleni Varikas explore la dimension politique de la domination – la sujétion des femmes et des esclaves, leur exclusion de la démocratie, la naturalisation des inégalités et des oppressions. Faisant du genre un « concept voyageur », elle travaille sur la modernité avec Locke et Adorno, Virginia Woolf et Hannah Arendt, Donna Haraway et Angela Davis. Ce recueil invite à repenser le concept d’universalisme à la lumière de l’infériorisation des femmes, et celui de la liberté moderne à la lumière de l’esclavage et de la colonialité. Les textes sont tour à tour présentés par Michelle Perrot, Toni Negri, Catherine Achin, Elsa Dorlin, Martine Leibovici, Michaël Löwy, Keith McLelland et Sonya Dayan-Herzbrun.

Professeure émérite de science politique à l’Université Paris 8, Eleni Varikas compte parmi les introductrices du concept de genre en France. En l’affinant dès les années 1990 du côté de ce qu’elle nomme « conscience de genre », elle s’est attachée à renouveler l’historiographie en insistant sur les enjeux épistémologiques des notions de conscientisation ou d’expérience vécue comme des frontières du politique.

Dans la continuité de la Théorie Critique développée par les philosophes de l’École de Francfort, son œuvre travaille les impensés de l’universalisme, de la citoyenneté, de la parité, de la distinction entre privé et public, de la subjectivité et de ses déconstructions – et dévoile ce faisant les apories de leurs lectures nationalistes.

Eleni Varikas analyse la Modernité depuis ses marges, avec le souci constant d’éclairer les pans occultés de l’histoire des vaincu·es – femmes, sans voix, esclaves, subalternes – qui, ainsi mis au jour, rendent tangible la violence du recouvrement des antagonismes sociaux par les catégories et les normes dominantes. Internationaliste et engagée, sa pensée participe à la cartographie des grands courants du féminisme contemporain, de la critique décoloniale et de la théorie politique.

Elle a notamment publié Penser le sexe et le genre (Paris, Puf, 2006) et Les rebuts du monde. Figures du paria (Paris, Stock, 2007).

Eleni Varikas : pour une pensée féministe du politique, rassemble plusieurs de ses textes majeurs. Présentés dans un ordre chronologique qui restitue son cheminement intellectuel, ils sont tour à tour introduits par des compagnes et des compagnons de vie et de pensée dont la lecture souligne, depuis des points de vue divers, l’importance de son travail.

Novembre 2017 – 272 p. – 15.5 x 20 cm

19.00

Quantité :
À propos de l'autrice
avatar-author
    Historienne, professeure émérite de science politique à l'Université Paris 8, Eleni Varikas a contribué à introduire en français le concept de genre. Elle participe aux comités de rédaction des revues Pouvoirs (Le Seuil), Raisons politiques (Presses de Sciences Po) et Les Cahiers du genre (L'Harmattan). Ses recherches portent sur les thématiques de l'exclusion, de la Modernité, des systèmes de légitimation et des catégorisations hiérarchiques et nombre de ses travaux ont été publiés en allemand, anglais, espagnol, italien, grec, portugais et turc. On lui doit notamment Penser le sexe et le genre (Puf, 2006), Les rebuts du monde. Figures du paria (Stock, 2007), et Les femmes de Platon à Derrida. Anthologie critique, ouvrage qu'elle a codirigé avec Françoise Collin et Évelyne Pisier (Plon, 2000).
    Les livres de Eleni Varikas
    À propos de l'autrice
    avatar-author
      Chargée de recherche au CNRS, au sein de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS – UMR CNRS, EHESS, UP13, Inserm), Isabelle Clair travaille sur l’entrée dans la conjugalité de jeunes appartenant à divers groupes sociaux. Elle a publié Les jeunes et l’amour dans les cités (Armand Colin, 2008) et Sociologie du genre (Armand Colin, 2012).
      Les livres de Isabelle Clair
      À propos de l'autrice
      avatar-author
        Professeure de philosophie sociale et politique à l'Université Paris-8 Vincennes/Saint-Denis Elsa Dorlin est membre du CRESPPA/Labtop. Elle a publié L'évidence de l'égalité des sexes. Une philosophie oubliée du XVIIe siècle (L'Harmattan, 2000) ; La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française (La Découverte, 2006) ; Sexe, genre et sexualité. Introduction à la théorie féministe (Puf, 2008) ; et Se défendre. Une philosophie de la violence (Zones éditions, 2017). Elsa Dorlin a également édité Black Feminism. Anthologie du féminisme africain américain (1975-2000) (L'Harmattan, 2008) et dirigé Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination (Puf, 2009).
        Les livres de Elsa Dorlin
        Revue de presse

        Lire l’introduction par Isabelle Clair et Elsa Dorlin

        Philosophe et polyglotte, Eleni Varikas explore la dimension politique de la domination – la sujétion des femmes et des esclaves, leur exclusion de la démocratie, la naturalisation des inégalités et des oppressions. Faisant du genre un « concept voyageur », elle travaille sur la modernité avec Locke et Adorno, Virginia Woolf et Hannah Arendt, Donna Haraway et Angela Davis. Ce recueil invite à repenser le concept d’universalisme à la lumière de l’infériorisation des femmes, et celui de la liberté moderne à la lumière de l’esclavage et de la colonialité. Les textes sont tour à tour présentés par Michelle Perrot, Toni Negri, Catherine Achin, Elsa Dorlin, Martine Leibovici, Michaël Löwy, Keith McLelland et Sonya Dayan-Herzbrun.

        Professeure émérite de science politique à l’Université Paris 8, Eleni Varikas compte parmi les introductrices du concept de genre en France. En l’affinant dès les années 1990 du côté de ce qu’elle nomme « conscience de genre », elle s’est attachée à renouveler l’historiographie en insistant sur les enjeux épistémologiques des notions de conscientisation ou d’expérience vécue comme des frontières du politique.

        Dans la continuité de la Théorie Critique développée par les philosophes de l’École de Francfort, son œuvre travaille les impensés de l’universalisme, de la citoyenneté, de la parité, de la distinction entre privé et public, de la subjectivité et de ses déconstructions – et dévoile ce faisant les apories de leurs lectures nationalistes.

        Eleni Varikas analyse la Modernité depuis ses marges, avec le souci constant d’éclairer les pans occultés de l’histoire des vaincu·es – femmes, sans voix, esclaves, subalternes – qui, ainsi mis au jour, rendent tangible la violence du recouvrement des antagonismes sociaux par les catégories et les normes dominantes. Internationaliste et engagée, sa pensée participe à la cartographie des grands courants du féminisme contemporain, de la critique décoloniale et de la théorie politique.

        Elle a notamment publié Penser le sexe et le genre (Paris, Puf, 2006) et Les rebuts du monde. Figures du paria (Paris, Stock, 2007).

        Eleni Varikas : pour une pensée féministe du politique, rassemble plusieurs de ses textes majeurs. Présentés dans un ordre chronologique qui restitue son cheminement intellectuel, ils sont tour à tour introduits par des compagnes et des compagnons de vie et de pensée dont la lecture souligne, depuis des points de vue divers, l’importance de son travail.

        Novembre 2017 – 272 p. – 15.5 x 20 cm