Nous retrouvons la nuit liquide d’avant notre naissance, du temps où nos yeux clos ne nous servaient pas à nous reconnaître, où nos bouches ne se parlaient pas, et où nos mains, nos pieds, nos bras, nos visages, nos genoux, dans leurs tâtonnements muets, suffisaient à nous assurer que l’autre était bien là – du temps où la séparation n’existait pas.

A comme Agadir, B comme Berkeley, C comme Caluire…

D’abord, c’est comme un jeu, une proposition ludique qui pourrait s’énoncer ainsi : « Associez à chacune des lettres de l’alphabet un lieu qui vous est familier, racontez ce qu’il vous évoque. »

Vingt-six lettres, comme autant de miroirs tendus à la mémoire afin d’y capter le reflet de souvenirs dont chacun apporte avec lui la couleur, les odeurs, la lumière d’un lieu particulier. Et le moment qui lui est associé.

L’ordre alphabétique de cette géographie intime bouscule la chronologie en y introduisant hiatus et correspondances. Mis bord à bord, les souvenirs de l’enfance, de la maturité, de la jeunesse, tracent un chemin en zigzag à travers le temps de la vie. Les vingt-six récits courts qu’ils inspirent s’écrivent comme la mémoire, toujours, les conserve – au présent.

Professeure de littérature française de la Renaissance à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne), spécialiste de Marguerite de Valois et d’autres «femmes d’Etat» de la Renaissance, Éliane Viennot s’intéresse plus largement aux relations de pouvoir entre les sexes et à leur traitement historiographique sur la longue durée. Féministe depuis les années 1970, elle s’est notamment investie dans les campagnes pour le droit à l’avortement, pour la parité et pour l’institutionnalisation des études féministes.

16.00

Catégorie :

À propos de l'autrice

Militante féministe depuis les années 1970, Éliane Viennot s’est notamment investie dans les campagnes pour le droit à l’avortement, pour la parité et pour l’institutionnalisation des études féministes. Professeure de littérature française à l’Université de Saint-Étienne, spécialiste de Marguerite de Valois, elle s’intéresse plus largement aux relations de pouvoir entre les sexes et à leur traitement historiographique.

Caractéristiques

Poids 220 g
Dimensions 14 × 18 cm
Pages

200

Paru le

4 mai 2012

ISBN

979-1090062085

Revue de presse

Brigitte Aubonnet

La délicatesse de l’écriture effleure les instants qui mis bout à bout écrivent toute une vie.

Catherine Viollet

État des lieux est une géo-poétique de l’autobiographie.

Catherine Viollet

Entretien avec Éliane Viennot, autour du livre « État des lieux », un inventaire de fragments autobiographiques où elle se propose d’associer, de manière ludique, « chacune des lettres de l’alphabet à un lieu qui [lui] est familier ».

Babelio

Les lectrices et lecteurs de Babelio ont lu et commenté cet ouvrage. Retrouvez leurs avis en cliquant sur cette image

Vous aimerez peut-être aussi…