Lire l’avant-propos par Jules Falquet.

« Avant, explique Andrée Michel, je me disais pacifiste. Aujourd’hui, je préfère me déclarer antimilitariste pour signifier mon opposition à toutes les opérations menées pour promouvoir la production et la vente d’armements. »

Composé en deux parties – « la guerre contre les femmes » et « résistances féministes » – ce recueil rassemble, à côté d’articles de fond publiés dès les années 1980, les textes inédits d’interventions dans des colloques internationaux, notamment en Colombie, à l’invitation d’organisations féministes.

Pionnière des études sur le rôle et la place des femmes dans la famille et dans la société, féministe de la première heure, Andrée Michel est l’une des rares, en France, à travailler sur l’articulation du pouvoir d’État avec le puissant lobby de l’armement. Elle analyse la « culture de guerre » qui en découle en y introduisant les dimensions de la classe et du sexe, ce qui l’amène à qualifier l’industrie de l’armement de « formation sociale aggravée du patriarcat ». Un modèle qui a pour conséquences inéluctables une extension des conflits armés et une aggravation des pauvretés qui frappent les hommes comme les femmes mais stigmatisent durablement les secondes. Les viols de guerre et la prostitution au service des armées ne sont que les exemples les plus connus, les plus frappants, des violences exercées à leur encontre.

18.00

Catégorie :

À propos de l'autrice

Anticolonialiste, antimilitariste et féministe, la sociologue Andrée Michel a initié les premières recherches, en France, sur le rôle et la place des femmes. Ses premiers travaux ont été publiés dans les années 1960. Elle est aussi l’un·e des rares à avoir enquêté sur le puissant lobby militaro-industriel. Traduite en plusieurs langues, internationalement connue, elle a beaucoup travaillé avec les féministes pacifistes d’Amérique du Sud.

Caractéristiques

Poids 220 g
Dimensions 15.5 × 20 cm
Pages

192

Paru le

1er décembre 2012

ISBN

979-1090062153

Revue de presse

Heval

C’est un cri qui s’élance de ce livre ; un appel à la paix et la solidarité. L’auteure, sociologue engagée, demande à ce que la collectivité, d’hommes et de femmes, refuse les discours sécuritaires, va-t-en guerre; ces discours d’hommes très bien placés qui nous font croire qu’il faut s’armer, toujours plus, pour vivre en sécurité.

Tom Holterman

Bien que le livre d’Andrée Michel contienne des textes plutôt anciens, ils n’ont rient perdu de leur pertinence.

Offensive

La maison d’éditions iXe a eu la riche idée de réunir sept textes introuvables de la sociologue et militante Andrée Michel, figure historique trop méconnue du féminisme hexagonal, engagée depuis une cinquantaine d’années contre le colonialisme et la patriarcat.

GG

La sociologue Andrée Michel a travaillé sur le lien entre féminisme et pacifisme. Elle montre en quoi le complexe militaro-industriel constitue un « réseau de vieux messieurs ».

Didier Epsztajn

La mise à (re)disposition de ces textes devrait susciter des débats. Ils soulignement, une fois de plus, l’indispensable « prisme » du genre pour analyser toutes les activités humaines. Il n’y a pas de neutralité sociale du militaire et les armes ne servent qu’à tuer.

Babelio

Les lectrices et lecteurs de Babelio ont lu et commenté cet ouvrage. Retrouvez leurs avis en cliquant sur cette image

Vous aimerez peut-être aussi…