Lire quelques extraits

La femme au centre de ce récit dit « elle » ou dit « je » pour raconter la distance prise avec une réalité désormais ancienne à laquelle ses souvenirs la rappellent violemment. Parfois cela revient comme une irritation ou une démangeaison. Elle ne supporte pas ça – ces mots, surtout, chargés de passivité et de mépris : la-femme-battue. Elle s’est arc-boutée autour de ce refus. Elle a appris à se tenir. Le dos droit, la tête haute, elle a serré les dents. Elle s’est accrochée, elle a tracé son chemin, elle s’est reconstruite.

« Reconstruite, oui, réparée, non ». Un jour, il suffit d’une image pour abolir d’un coup le trajet parcouru.

Le récit dit le retour du choc, et le besoin d’apaisement. Reste une question: comment s’en sortir ?

Au fait, ça veut dire quoi s’en sortir ?

15.00

Catégorie :

À propos de l'autrice

Isabelle Auricoste vit à Paris, travaille en banlieue. Elle écrit, beaucoup, chez elle, dans le train, en vacances. Son précédent livre, Retour à Karp, est paru aux Éditions d’Écart.

Caractéristiques

Poids 120 g
Dimensions 14 × 18 cm
Pages

136

Paru le

14 novembre 2012

ISBN

979-1090062146

Revue de presse

Cathy Bernheim

Ce livre est un manuel de combat, qu’il faut apprendre à lire entre les lignes, dans ce qui est dit à mots couverts mais aussi, dans la cruauté du regard qu’on peut porter sur soi et sur les autres dans de telles situations.

Didier Epsztajn

Pour en parler, n’hésitez pas à offrir ce grand court-roman, pour les fêtes de fin d’année ou sans motif. La vitalité des mots, des phrases, et non des « discours prêts-à-porter », comme une mémoire, pour qu’enfin des portes soient entrouvertes.

Babelio

Les lectrices et lecteurs de Babelio ont lu et commenté cet ouvrage. Retrouvez leurs avis en cliquant sur cette image

Vous aimerez peut-être aussi…