Les pièges du consentement

Consentement. En droit, ce mot utilisé pour valider un mariage, un contrat, une opération médicale, sert aussi à juger la qualité des relations intimes : le défaut de consentement est ce qui permet de distinguer un rapport sexuel d’un viol, une caresse d’une agression, les « avances » du harcèlement. Or cette approche renforce l’asymétrie des rapports hommes-femmes en reconnaissant aux premiers un rôle actif de proposition, de demande, voire d’exigence, et aux secondes la seule possibilité de « consentir » ou non. Elle n’interroge qu’à la marge la coercition portée par le modèle hétérosexuel, sans voir que l’intériorisation de la domination peut paradoxalement s’exprimer par un « consentement » à la violence.

Catégorie : Étiquette :

À propos de l'autrice

Catherine Le Magueresse est juriste, doctoresse en droit et ancienne présidente de l’AVFT (Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail). Elle est chercheuse associée auprès de l’ISJPS (Institut des sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne, Paris 1 Panthéon-Sorbonne – CNRS UMR 8103). Sa thèse de doctorat, Les femmes victimes de violences sexuelles masculines confrontées au droit pénal de fond, propose plusieurs pistes de modification de la loi pénale pour la prise en charge des victimes. Ce livre en est partiellement issu.

Caractéristiques

Dimensions 14 × 18 cm
Pages

144

À paraître le

12 mars 2021

ISBN

979-10-90062-58-0

Vous aimerez peut-être aussi…